Le CNRS crée une cellule Eau

Institutionnel Chimie Ecologie et environnement Homme et société Ingénierie et systèmes Terre et Univers
plastigar
© Vincent NGUYEN / EDB / IMRCP / CNRS Photothèque

Acteur majeur de la recherche sur l’eau, le CNRS a lancé une cellule dédiée le 22 mars, à l’occasion de la Journée mondiale de l’eau. S’appuyant sur l’expérience de la cellule Énergie, le comité de pilotage de la cellule Eau est formé d’un représentant de chacun des dix instituts du CNRS, de la direction des relations avec les entreprises (DRE), de la direction Europe de la recherche et coopération internationale (DERCI), des délégations régionales et de la direction de la communication. Cette « transversalité » — au sein même de l’organisme — va permettre « un réel partage de connaissances et savoir-faire » acquis sur des décennies de recherches, et d’en faire émerger de nouveaux en s’appuyant notamment sur la Mission pour les initiatives transverses et interdisciplinaires du CNRS (MITI) et ses appels à projets interdisciplinaires. Elle mettra aussi en lumière les dispositifs existants utilisés pour recueillir des données et produire de nouvelles connaissances sur cette ressource essentielle.

En France, de nombreux laboratoires du CNRS reconnus dans le domaine de l’eau sont impliqués dans plusieurs initiatives régionales et pluri-partenariales offrant une visibilité multi-échelle de la diversité des compétences scientifiques et des savoir-faire. Par exemple, à Toulouse, depuis deux ans, des laboratoires1 se sont regroupés autour d’un Groupement d’intérêt scientifique (GIS Eau Toulouse) pour mieux fédérer la communauté scientifique locale, mais aussi pour être « plus visible », et avoir un « affichage fort en région » pour échanger avec les collectivités territoriales et le secteur privé, explique Claire Albasi, directrice de recherche CNRS au Laboratoire de génie chimique (LGC - CNRS, INSA Toulouse, Université Toulouse III - Paul Sabatier). Ce GIS a pour ambition de favoriser et de soutenir des actions de recherches collaboratives dans le domaine de l’eau, notamment celles « visant un développement durable et une gestion respectueuse des ressources en eau, de l’amont à l’aval des territoires, à l’échelle des petits et grands cycles », elle ajoute. 

Autant d’initiatives que la Cellule Eau du CNRS souhaite valoriser afin de promouvoir les connaissances produites avec des approches variées, contribuer à la production d’une meilleure compréhension de la diversité des enjeux liés à l’eau et proposer des réponses les mieux adaptées à différents contextes, en France comme à l’international. (...)

  • 1Les laboratoires impliqués sont : le Laboratoire de génie chimique (LGC – CNRS, INSA Toulouse, Université Toulouse III – Paul Sabatier), le Laboratoire de chimie de coordination du CNRS (LCC), l’Institut Clément Ader (ICA – CNRS, INSA Toulouse, ISAE Supaero, IMT Mines Albi, Université Toulouse III – Paul Sabatier), le Toulouse School of Economics - Recherche (TSE-R – CNRS, INRAe, Université Toulouse Capitole), le Toulouse Biotechnology Institute, Bio & Chemical Engineering (TBI – CNRS, INSA Toulouse, INRAe), le Laboratoire d’analyse et d’architecture des systèmes du CNRS (LAAS-CNRS), le Centre d'études spatiales de la biosphère (CESBIO/OMP – CNRS, CNES, IRD, Université Toulouse III - Paul Sabatier), le laboratoire Géographie de l’environnement (GEODE – CNRS, Université Toulouse – Jean Jaurès), le laboratoire Écologie fonctionnelle et environnement (/OMP – CNRS, Toulouse INP, Université Toulouse III – Paul Sabatier), le Laboratoire d’études en géophysique et océanographie spatiales (LEGOS/OMP – CNRS, CNES, IRD, Université Toulouse III – Paul Sabatier), le laboratoire Géosciences environnement Toulouse (GET/OMP – CNRS, CNES, IRD, Université Toulouse III – Paul Sabatier), le Laboratoire interdisciplinaire solidarités, sociétés, territoires (LISST – CNRS, Université Toulouse – Jean Jaurès), l’Institut de mécanique des fluides de Toulouse (IMFT – CNRS, Toulouse INP, Université Toulouse III – Paul Sabatier), le laboratoire Interactions moléculaires et réactivité chimique et photochimique (IMRCP – CNRS, Université Toulouse III – Paul Sabatier) et le Centre d’étude et de recherche travail, organisation, pouvoir (CERTOP – CNRS, Université Toulouse – Jean Jaurès, Université Toulouse III – Paul Sabatier)

Lire la suite