La Recherche

Dans cette rubrique, nous vous invitons à découvrir quelles sont les forces et les spécificités du CNRS en Occitanie Ouest, ainsi que l'ensemble des 61 structures présentes sur le site.

Forces et spécificités

Le Centre national de la recherche scientifique (CNRS) est tutelle de 61 structures de recherche et d'appui à la recherche en délégation Occitanie Ouest.

Répartition des thématiques scientifiques en fonction des personnels CNRS (en pourcentage)

figure

Pour accompagner ces recherches, des plateformes technologiques innovantes sont développées soit au sein des laboratoires soit au sein de structures de service. Certains équipements ou plateformes sont exceptionnels : nous mentionnerons sans être exhaustif les équipements de microscopie électronique ou de champ magnétique intense uniques au monde, une plateforme de calcul intensif, l’instrumentation en astrophysique ou enfin les plateformes en archéologie et sciences sociales.

Ces structures rassemblent plus de 8500 personnes

personnels
2804 agents CNRS (918 ingénieur.es et technicien.nes, 882 chercheur.es et 1004 personnels contractuels)

Ces 8518 personnes rassemblent chercheur.es, enseignant.es chercheur.es, doctorant.es et post-doctorant.es ainsi que les personnels supports techniques et administratifs.
Chaque année dans ces structures, 533 thèses sont soutenues, 5040 articles dans des revues internationales sont publiés et environ 73 déclarations d’invention sont déposées.
Les chercheur.es nouent de nombreuses collaborations à l’international qui se traduisent par 58% de cosignatures d’articles avec des laboratoires étrangers.
A l’international, 78 actions sont financées par le CNRS dont 32 International Emerging Actions, 15 International Research Network, 6 International Research Program et 4 autres actions internationales.

 

15 laboratoires communs avec des industriels actifs en 2021
1 démonstrateur en biotechnologie
1048 contrats de recherche signés avec des entreprises en 2021

Innovation et valorisation

Ces travaux de valorisation s’effectuent principalement en ingénierie et informatique mais aussi en chimie et en biologie.
Environ cinq startups naissent chaque année dans les laboratoires régulièrement en collaboration avec la SATT et l’IRT.
Les chercheur.es sont aussi présent.es dans les réseaux européens et 5 chercheur.es en moyenne par an reçoivent un financement très prestigieux de l’ERC (European research council). Les "lauréate.s toulousain.es des médailles du CNRS" sont également nombreux.ses : 10 en 2020.
Les agents du CNRS Occitanie Ouest représentent environ 10 % des personnels CNRS, 10 % en termes de publications. Les 10 instituts du CNRS sont présents sur le site montrant ainsi sa pluridisciplinarité.
Le contexte régional joue aussi un rôle important dans l’orientation des disciplines avec la présence de l’industrie aéronautique, du CNES et de l’ONERA. Le CNRS est un des membres fondateurs de l’Université Fédérale de Toulouse qui rassemble 29 institutions de l’enseignement supérieur et de la recherche dont l’ensemble des universités toulousaines, les écoles d’ingénieure.s ainsi que 6 organismes de recherche, dont l’INRA et l’Inserm. Le CNRS est le principal contributeur à l'Institut interdisciplinaire d’intelligence artificielle de Toulouse (ANITI).

logo université fédérale

Structures

Découvrez ci-dessous les structures de recherche et d'appui à la recherche par disciplines

 

biologie
Biologie

 

chimie
Chimie

 

environnement
Écologie et environnement

 

Homme et société
Homme et société

 

ingénierie
Ingénierie et systèmes

 

Mathématiques
Mathématiques

 

Physique
Physique

 

Physique des particules
Physique des particules

 

Sciences de l'information
Sciences de l'information

 

Terre et univers
Terre et univers

 

   

Liste des laboratoires par ordre alphabétique

Partenariats

La délégation CNRS Occitanie Ouest entretient des partenariats dynamiques avec de nombreux acteur.ices régionaux, nationaux et internationaux.

Il existe ainsi des partenariats avec :

  • Des établissements d’enseignement supérieur et de recherche à travers les unités mixtes de recherche ou de service : les trois universités toulousaines, les écoles d’ingénieur.e, mais aussi les organismes de recherche français, comme l’Inserm, l’Inra, le CNES ;
  • Des collectivités locales à travers des projets de recherche financés par les Contrats de Plan Etat-Région d’Occitanie Pyrénées-Méditerranée ou les Fonds européens FEDER ;
    Contact pour les aspects financiers 
  • Des industriels, à travers des contrats bilatéraux ou des dispositifs comme les laboratoires communs. Environ la moitié de ces collaborations se font avec les PME ;
    Contact 
  • Des laboratoires étrangers via des programmes européens et internationaux ;
    Contact 
  • Des acteur.ices de la culture et de la communication scientifique régionaux comme Science Animation qui coordonne les grands évènements nationaux en région ;
    Contact 

Contrat de Plan Etat-Région

Contrat de Plan Etat-Région (CPER) 2015-2020

Impliqué dans 12 projets du Contrat de Plan Etat/Région (CPER) 2015/2020, sur le volet « Enseignement supérieur, recherche et innovation ; attractivité et compétitivité », le CNRS a apporté un soutien financier permettant de maintenir au meilleur niveau la recherche du site :

Les achats d’équipements :

La jouvence des bancs de condensateurs du LNCMI

JOUBANC - Ce projet a permis le remplacement d’anciens condensateurs du Laboratoire national des champs magnétiques intenses (LNCMI) sur le site de Toulouse. Les équipements sont aujourd’hui à l’état de l’art, offrant des performances, une ergonomie et une fiabilité fortement améliorées. Le projet a également permis l’achat d’un liquéfacteur assurant l’approvisionnement du laboratoire en hélium liquide. Ces améliorations assurent aujourd’hui et pour les décennies à venir le rang de leader européen dans le domaine des champs magnétiques pulsés au laboratoire.

Equipements au Centre de biologie intégrative

Ce projet a offert le développement de nouvelles ressources technologiques et modèles biologiques du Centre de biologie intégrative (CBI), générant des expertises uniques en Région Occitanie ouvertes au monde académique et au secteur économique. En effet, une plateforme animaux aquatiques, un plateau insectes et un plateau d’analyse comportementales ont pu être créées. Concernant la microscopie, l’acquisition d’un cryomicroscope électronique 200 keV a été possible et est accessible par la plateforme d’imagerie TRI‐Genotoul. De plus, les moyens de stockage et de calcul numérique du plateau d’analyse des systèmes complexes et des modélisation/visualisation 3D ont pu être mis en place.

Nanomatériaux adressables dans 4 laboratoires toulousains

Ce projet a permis de fédérer 4 laboratoires toulousains acteurs dans les nanomatériaux (composants électroniques, capteurs chimiques ou physiques, calculateurs quantiques, conversion et stockage de l’énergie, nano‐objets) au sein d’un consortium ainsi que la rénovation et l’achat de matériel. Il s’agit d’un regroupement de 670 chercheur.es issu.es du Laboratoire de chimie de coordination, du Centre d’élaboration des matériaux et d’études structurales, du Centre interuniversitaire de recherche et d’ingénierie des matériaux et du Laboratoire de physique et chimie des nano objets. Ce consortium place la recherche et l’innovation toulousaine des nanomatériaux sur la scène européenne et internationale et favorise notamment les actions de valorisation, les brevets et les transferts technologiques.

Etude métaécosystémique à la Station d’écologie théorique et expérimentale

METAECO - Ce projet a permis à la Station d’écologie théorique et expérimentale du CNRS à Moulis (SETE) d’aborder le niveau d’étude métaécosystémique pour les systèmes aquatiques d’eaux douces. Il a assuré la mise en place du dispositif expérimental mésocosmes aquatiques et du laboratoire d’hydroécologie associé. Ce nouvel espace d’environ 1200m² SU, est constitué de bureaux, d’espaces communs et de recherches avec des laboratoires dédiés aux organismes aquatiques, amphibiens, insectes et autres. Cette nouvelle plateforme est intégrée dans l’Infrastructure nationale ANAEE-France et les métatrons aquatiques en particulier dans la composante européenne (ANAEE‐Europe). Des collaborations nationales et européennes ont ainsi pu être initiées.

figure
adapté de © Cyril FRESILLON / SETE / CNRS Photothèque

 

Plateforme analytique géochimique et minéralogique de l'OMP

PANGEE – Le CPER Pangée a permis une remise à niveau du parc de spectrométrie de masse de l’Observatoire Midi-Pyrénées (OMP)  ainsi que l’acquisition de nouveaux outils. Au total, six spectromètres de masse ont été acquis. L’ensemble a ouvert des perspectives de recherches de pointe en environnement, permettant l’analyse de différents types d’échantillons à la recherche d’éléments à l’état de traces, ultra-traces ou signatures isotopiques.

Plateforme PAE-MIP

La plateforme PAE‐MIP fédère dix plateaux techniques : Paléoenvironnements, géosciences et géoarchéologie ; images, monitoring et systèmes d’informations ; dispositifs d’observations in‐situ (lacs et tourbières) ; opérations de terrain et de post‐fouilles ; référentiels archéothèques ; topographie et archéomatique, imagerie 3D ; caractérisation des matériaux ; archéologie expérimentale; interopérables par les deux laboratoires Géographie de l’environnement (GEODE)  et Travaux et recherches archéologiques sur les cultures, les espaces et les sociétés (TRACES). Le CPER a permis d'obtenir l’essentiel des équipements de la plateforme. Cet investissement a augmenté l’attractivité et la compétitivité de ces deux laboratoires, favorisant notamment la réalisation de projets nationaux et internationaux et l’élargissement des partenariats académiques.

Plateforme Cognition, comportements et usages de la MSHT

La plateforme scientifique CCU répond à des problématiques scientifiques issues des sciences humaines et sociales pouvant venir des services de santé ou de partenariats et prestations avec des industriels. Elle comprend 9 plateaux techniques spécialisés dans l’acquisition et l’analyse de différents types de données comportementales et permettant de simuler différents contextes réalistes et immersifs. Le CPER a permis l’achat de nouveaux instruments et le renouvellement d’anciens équipements.

Plateforme de protéomique

Le CPER a permis de renforcer la plateforme de protéomique du réseau Génotoul. L’acquisition d’un spectromètre de masse avec modules complémentaires et environnants ainsi que de matériel informatique a permis de réaliser les objectifs scientifiques visant à développer de nouvelles stratégies dans des domaines en émergence et d’adapter les moyens informatiques de traitement et de stockage des données protéomiques.

Les projets immobiliers :

Rénovation énergétique d'un bâtiment du CBI

Ce projet de rénovation énergétique d'un bâtiment du Centre de biologie intégrative (CBI) a été réalisé sur 2300m² SHON. Les travaux effectués sont une isolation thermique par l’extérieur, un remplacement des menuiseries extérieures et la mise en place d’un système de compensation d’air des sorbonnes. Ces modifications ont supprimé les déperditions thermiques, ont amélioré les conditions de travail du personnel et ont permis une meilleure reproductibilité des conditions d’expériences.

Rénovation énergétique du LAAS‐CNRS

Ce projet de rénovation énergétique du bâtiment principal du Laboratoire d'analyse et d'architecture des systèmes (LAAS) a été réalisé sur 5600m² SHON. Les travaux effectués concernaient la rénovation du « clos‐couvert » (isolation thermique par l’extérieur, remplacement des menuiseries extérieures et de l’étanchéité de la toiture) et des travaux sur le chauffage. Ces aménagements ont supprimé les déperditions thermiques dues à des défauts d’isolation. De plus, les conditions de travail et le confort énergétique ont été améliorés.

Rénovation énergétique du Laboratoire de chimie de coordination

Ce projet a permis la réhabilitation énergétique du bâtiment du Laboratoire de chimie de coordination (LCC). Les travaux ont consisté à remplacer des menuiseries extérieures, des isolations en toiture, et à mettre en place une régulation sur l’extraction des sorbonnes. Ces modifications ont rendu possible l’ajout de nouveaux équipements scientifiques qui sont accessibles à toute la communauté.