Le rôle des poussières et du carbone suie dans l'impact du réchauffement climatique sur l'enneigement

Résultats scientifiques Terre et Univers

Les particules telles que le carbone suie (résidus de combustion) et les poussières sahariennes assombrissent le manteau neigeux lorsqu'elles se déposent à sa surface. Par conséquent, une plus grande proportion de l’énergie solaire est absorbée par la neige, ce qui en accélère la fonte au printemps. Toutefois, le rôle de ces dépôts sur la dynamique annuelle de l’enneigement et les tendances climatiques de la durée d’enneigement est encore mal connu. Une équipe de recherche comprenant des scientifiques de l'Institut des sciences de l'univers du CNRS, en collaboration avec une équipe américaine, ont quantifié cet effet sur la durée d’enneigement des Alpes françaises et des Pyrénées pour les 40 dernières années dans une publication parue dans la revue Nature Communications.

CNRM
Photo prise dans les Pyrénées lors du dépôt de poussières sahariennes en février 2021

© Q. Libois

Cette étude combine observations in-situ du manteau neigeux, observations par satellites, modélisation climatique et modélisation détaillée du manteau neigeux, afin d’identifier et de séparer les effets des fluctuations et tendances des conditions météorologiques et des dépôts de carbone suie et de poussières désertiques. Les résultats publiés par des équipes du Centre national de la recherche météorologique1 , du Centre d'études spatiales de la biosphère2 et l'Institut des géosciences de l'environnement3 montrent que les dépôts de carbone suie et de poussières sahariennes avancent la date de fin de la période enneigée annuellement d’en moyenne 17 jours.

Bien que ces particules accélèrent la fonte et diminuent la durée d’enneigement annuelle, on constate les dépôts de carbone suie, moins importants aujourd'hui, accélèrent donc moins la fonte annuelle que dans les années 1980. À l’inverse, la diminution de la couverture neigeuse est plus prononcée aujourd’hui qu’il y a 40 ans, principalement en raison de la hausse des températures liées au changement climatique. Ainsi, la diminution des dépôts de carbone suie depuis 40 ans compense en partie l'effet du changement climatique sur la durée d’enneigement. Le raccourcissement de la durée d’enneigement liée au changement climatique actuel serait donc encore plus prononcé sans la diminution des dépôts de carbone suie depuis les années 1980. En revanche, bien que les dépôts de poussière désertique influencent la durée de l’enneigement annuel, ils n’ont pas non plus d’effet détectable sur la tendance de long terme de la durée de l’enneigement.

Les changements futurs des dépôts de carbone suie liés aux activités humaines doivent donc être considérés pour évaluer l'évolution de la couverture neigeuse dans les décennies à venir.

cnrm
Raccourcissement de la durée d’enneigement lié au dépôt de carbone suie et de poussière minérale en fonction de la région et de l’altitude.

© Cf. Référence article

 

  • 1CNRM - CNRS / Météo France
  • 2CESBIO/OMP - CNRS / CNES / IRD / UT3 Paul Sabatier
  • 3IGE/OSUG - CNRS / IRD / UGA

Bibliographie

Réveillet, M., Dumont, M., Gascoin, S. et al. Black carbon and dust alter the response of mountain snow cover under climate changeNat Commun 13, 5279 (2022).

Fonte de neige précoce, poussières Sahariennes et carbone suie

Audiodescription

Cette vidéo résume les résultats de l'étude ci-dessus.

Contact

Simon Gascoin
Chercheur CNRS au Centre d'études spatiales de la biosphère (CESBIO/OMP - CNRS, Université Toulouse III - Paul Sabatier, CNES, IRD)
Marion Reveillet
Chargée de recherche IRD à l’Institut des géosciences de l’environnement (IGE/OSUG - CNRS / IRD / UGA))
Marie Dumont
Directrice de recherche Météo France au Centre national de recherches météorologiques (CNRM - CNRS / Météo France)