L’IRIT et Archean Technologies sur le point de concevoir un dispositif médical connecté révolutionnaire

Innovation Homme et société Sciences de l'information
Audiocapt
Cabine où s'effectuent les expérimentations à la clinique Rive Gauche de Toulouse, avec Lionel Fontan, directeur R&D d’Archean Labs et Verdiana De Fino, ingénieure sur le projet Audiocap. ©Audiocap/IRIT/Archean Technologies

L’Institut de recherche en informatique de Toulouse (IRIT – CNRS, Université Toulouse III – Paul Sabatier, Toulouse INP) et la société montalbanaise Archean Technologies collaborent depuis 2013 sur l’optimisation du réglage des prothèses auditives. Aujourd’hui, leur collaboration est si fructueuse que les deux partenaires développent une technologie unique qui doit permettre de contrecarrer le “brouhaha” ambiant, c’est-à-dire le bruit, pour une qualité d’écoute inégalée des utilisateurs et utilisatrices. Les expérimentations sont en cours à la clinique Rive Gauche de Toulouse, et en cas de succès, ces travaux devraient aboutir à une toute nouvelle génération de dispositif médical connecté, inédite sur le marché.

Maître de conférences à l’université Toulouse III Paul Sabatier et chercheur à l’Institut de recherche en informatique de Toulouse (IRIT), Julien Pinquier est spécialiste du traitement audio. Le chercheur est au cœur de la collaboration avec l’entreprise Archean Technologies depuis 2013. Le laboratoire et la société experte dans la sonorisation des espaces publics, travaillent ensemble depuis plusieurs années sur l’optimisation du réglage des prothèses auditives, afin d’améliorer la compréhension de la parole dans le bruit. “Tout a commencé par un premier projet avec le laboratoire de neuropsycholinguistique Octogone-Lordat sur la presbyacousie, c’est-à-dire le fait d’entendre de moins en moins bien les hautes fréquences en vieillissant, explique Julien Pinquier. Nous avons démontré que notre outil automatique de reconnaissance de la parole, un prototype semblable à ‘Siri’ ou ‘Ok Google’, avait un comportement similaire à l’écoute humaine et pouvait donc être utilisé pour parfaire le réglage des prothèses auditives”.

Algorithme de débruitage

En effet, en temps normal, le réglage d’un appareil auditif nécessite en moyenne trois ou quatre visites chez l’audioprothésiste sur plusieurs mois. Ainsi, l’algorithme de pré-réglage conçu par l’IRIT et Archean Technologies permet de calibrer les appareils auditifs avec une plus grande précision, afin de réduire le nombre de visites d’ajustement et d’augmenter le confort du patient ou de la patiente. De 2015 à 2018, c’est avec la Maison des sciences de l'Homme et de la société  de Toulouse (MSHS-T – CNRS, Université Fédérale Toulouse Midi-Pyrénées) que les deux partenaires ont amélioré l’outil de reconnaissance automatique en l’adaptant à une autre langue, en l’occurrence l’anglais, et à d’autres pathologies, comme la surdité professionnelle qui empêche les patient.es d’entendre certaines plages de fréquences spécifiques. Ces développements une fois de plus couronnés de succès, ont ainsi mené à la troisième étape et phase actuelle des recherches qui court sur la période 2019-2022. “Depuis plus de deux ans au sein du projet Audiocap, nous améliorons notre outil avec un nouvel algorithme destiné au débruitage, permettant de séparer les mots et les phrases du brouhaha ambiant que nous pouvons retrouver dans la rue, au restaurant ou lors d’un repas de famille”, détaille Julien Pinquier.

Inédit sur le marché

A ce jour, aucune prothèse auditive sur le marché n’est véritablement capable de contrecarrer le bruit, ce qui est handicapant pour les utilisateur.trices qui finissent par retirer leur appareil par gêne. Le but serait d’intégrer notre algorithme de débruitage directement dans les prothèses auditives”, complète le scientifique. Grâce à un partenariat avec le CHU de Toulouse, une trentaine de personnes atteintes de presbyacousie expérimentent en ce moment deux versions du nouvel algorithme, pour voir laquelle surpasse le mieux les performances actuelles. L’étape suivante, qui devrait commencer en septembre, sera un test sur plusieurs semaines. “Le fait de mettre en place une véritable démarche scientifique et expérimentale - par des essais cliniques - nous permettra dans la suite de déposer des brevets, et de répondre aux normes médicales européennes, afin d’envisager l’industrialisation et la mise sur le marché du dispositif”, avance Julien Pinquier. Avec l’homologation officielle, l’objectif d’Archean Technologies est de devenir un fabricant français de dispositifs médicaux connectés, en se différenciant des autres produits du marché mondial avec sa fonctionnalité de débruitage inédite.

Fleur Olagnier 
Journaliste scientifique

Contact

Julien Pinquier
Enseignant-chercheur Université de Toulouse III - Paul Sabatier à l'Institut de recherche en informatique de Toulouse (IRIT - CNRS, Université Toulouse III – Paul Sabatier, Toulouse INP)