©Aline Marnef

Gaëlle LegubeChercheuse en biologie moléculaire

Médaille d’argent du CNRS

Directrice de recherche au Laboratoire de biologie cellulaire et moléculaire du contrôle de la prolifération (LBCMCP/CBI - CNRS, UT3) à Toulouse, spécialisée dans l’étude des mécanismes de réparation de l’ADN et animatrice de l’équipe "chromatine et réparation de l'ADN".

Comment nos cellules réussissent à maintenir l’intégrité de cette molécule exceptionnellement longue qu’est l’ADN au cours des divisions cellulaires est absolument fascinant. Surtout lorsque l’on considère qu’elle est continuellement attaquée par l’environnement, déroulée, surenroulée, recopiée, au gré des machines moléculaires qui voyagent sur l’ADN. Quand en plus on réalise qu’elle s’associe à des protéines pour former cette structure encore plus sophistiquée qu’est la chromatine, on ne peut que s’interroger sur ces mécanismes qui en assurent la continuité et l’exactitude. L’avènement des technologies de séquençage à haut débit a révolutionné la biologie au XXIe siècle. C’est à la fin de mon postdoctorat que m’est apparue cette évidence : s’appuyer sur ce formidable pas en avant technologique pour comprendre comment l’intégrité de l’ADN est assurée. Tout le reste en découle !
,

Audiodescription

CV

  • 2003 : Doctorat en biologie moléculaire de l’université Toulouse III - Paul Sabatier (Laboratoire de biologie moléculaire des eucaryotes)
  • 2006 : Entrée au CNRS - Chargée de recherche au Laboratoire de biologie cellulaire et moléculaire du contrôle de la prolifération à Toulouse
  • 2011 : Médaille de bronze du CNRS
  • 2014 : ERC Consolidator grant
  • 2019 : Prix Coups d’élan de la Fondation Bettencourt et Prix Cino et Simone Del Duca en cancérologie Laboratoire de biologie cellulaire et moléculaire du contrôle de la prolifération Institut des sciences biologiques Délégation Occitanie Ouest