Pleins phares sur les microbes

Du 19:00
au 20:00
Les Halles de la Cartoucherie 10 Place de la Charte des Libertés Communales 31300 Toulouse

visuel

3 scientifiques vous embarquent pour vous dévoiler leurs recherches sur des bactéries aux étonnantes capacités et sur une stratégie lumineuse pour contrer la résistance aux antimicrobiens !

Prolifération bactérienne : elles n’en manquent pas une ! - Manuel Campos, microbiologiste au CNRS

Les bactéries sont des organismes formés d’une seule cellule et sont le produit de milliards d’années d’évolution. Les bactéries font donc partie des organismes les plus évolués sur terre. Elles sont optimisées pour être capable de proliférer dans une toute une gamme d’environnements propres à chaque espèce, avec un minimum d’outils. En particulier, elles ont développé des capacités phénoménales pour se dupliquer et proliférer.
C’est cette « magie » que l’équipe de Manuel Campos essaie de décortiquer. Comment ces petites cellules de 0.001 mm arrivent à produire un clone d’elle-même en moins de 30 minutes, avec une efficacité redoutable et environ 1000 x moins d’ADN qu’un humain !

Manuel Campos est microbiologiste, chargé de recherches du CNRS au Laboratoire de microbiologie et de génétique moléculaires (CNRS /UT3)

 

Naissance d’un tueur : le cas du bacille de la tuberculose - Christophe Guilhot, microbiologiste au CNRS

Certaines bactéries ont élu domicile à l’intérieur du corps humain et sont dépendantes de cet hôte pour leur survie. Pour cela, elles doivent pénétrer dans les tissus, s’y développer, résister aux défenses de l’hôte et se transmettre à d’autres personnes.  Pour réaliser ces différentes étapes, ces bactéries ont développé un arsenal d’outils moléculaires qui leur permet de manipuler des fonctions de leur hôte.
Les travaux de Christophe Guilhot ont pour but de comprendre ces mécanismes chez un groupe de bactéries responsables de différentes infections telles que la tuberculose ou la lèpre.

Christophe Guilhot est microbiologiste, directeur de recherche du CNRS à l’Institut de pharmacologie et de biologie structurale (CNRS /UT3)

 

Résistance aux antimicrobiens : nouvelle stratégie lumineuse - Yue Xiao, chimiste microbiologiste au CNRS

« Les antibiotiques, c’est pas automatique ! » est la phrase que les médecins et scientifiques ne cessent de répéter pour réduire le recours trop systématique aux antibiotiques. Pouvant devenir la première cause de mortalité d’ici 2050, la lutte contre la résistance aux antimicrobiens est un axe de recherche prioritaire.
C’est dans ce contexte que l’équipe du Pr. Isabelle Malfant au Laboratoire de Chimie de Coordination explore une nouvelle famille de composés dont l’action combinée à la stratégie de la photothérapie permettraient de lutter contre des bactéries résistantes.
Yue Xiao consacre ainsi sa thèse à l’étude de ces nouveaux médicaments antimicrobiens contre un panel de pathogènes classés prioritaires par l’OMS, et contre lesquels il y a urgence à agir.
Yue Xiao est doctorante CNRS au Laboratoire de chimie de coordination (LCC, CNRS) et au Laboratoire de génie chimique (LGC/CNRS/UT3)